Admissibilité à l'appel à propositions (climat)

Pour être éligibles aux dons ou à l’assistance technique de la FAE en vertu de l'appel à propositions pour la «préparation de projet d'investissement pour l'eau et le changement climatique», les candidats doivent être issu d'un des pays membres régionaux de la Banque africaine de développement, une subdivision administrative,  une agence travaillant dans ces pays, ou être un organisme régional ou institution concerné par le développement des ressources en eau en Afrique

Remarques:

  • les ONG et les institutions universitaires sont admissibles sous certaines conditions (voir ci-dessous)
  • les entités du secteur privé ne sont pas admissibles

Des informations plus complètes sur l'admissibilité des demandeurs / bénéficiaires sont disponibles dans le guide et formulaire d’application. Ce formulaire est le principal document de référence des candidats.

Bien que tout candidat éligible puisse présenter une demande, au cours de l'évaluation des propositions, le comité de sélection examinera attentivement et prendra en compte le rôle des candidats dans l’identification et l’approbation des investissements pour les ressources en eau.

Profil du candidat idéal

À cet égard, étant donné que la nature de cet appel est de mobiliser le financement d’investissements, les candidats retenus sont susceptibles d'être :

  • des organismes gouvernementaux, au niveau national et régional, qui ont la responsabilité de gérer les ressources en eau et de coordonner et de mobiliser des financements pour des investissements liés à l'eau

Ceci peut inclure, à partir de n'importe quel pays membre régional de la BAD :

  • des gouvernements nationaux ou locaux
  • des municipalités
  • des services publics
  • des organisations régionales, sous - régionales ou sectorielles (organisations économiques régionales, les organisations de bassins fluviaux, etc.)

La participation des ONG et d’autres types d'institutions

Les ONG partenaires de développement régionales ou internationales, ou les établissements d'enseignement sont invités à participer à l'appel.

Toutefois, étant donné que le mandat pour la gestion des investissements de projets majeurs d'investissement pour les ressources en eau, - en particulier les régimes publics-  revient généralement aux institutions gouvernementales, la participation des ONG et des institutions universitaires pourra se faire à travers des partenariats avec de telles institutions gouvernementales.

Il est prévu que les organisations partenaires pourront exploiter les complémentarités avec le candidat et fournir une expertise précieuse sur la base de leur expérience dans le domaine du  climat et du secteur de l'eau.

Les partenariats pourront également permettre une meilleure prise en compte des aspects eau - énergie - sol dans les études pour le développement des ressources en eau et la planification des investissements.

Toute proposition émanant d’ONG ou autres institutions non étatique devra être accompagnée d’une lettre d'appui signée par les autorités gouvernementales en charge du secteur de l’eau du (des) pays hôtes.

Possibilités de co-financement

Le co-financement par le candidat et ses partenaires est encouragé, en espèces ou en nature.

La promesse de co-financement par les organisations partenaires, sous forme de contributions en espèces pour les activités du projet, doit être indiquée dans la proposition,  et sera évaluée favorablement dans le cadre du processus d'évaluation des propositions reçue.

En outre, conformément aux directives de la Banque africaine de développement relatives au financement de projets et aux procédures de passation des marchés, le financement de la FAE ne peut être utilisé que pour des services (études de préparation et autres activités associées) dont les fournisseurs ont été recrutés à travers un processus compétitif.

En conséquence, les candidats et les organisations partenaires doivent mobiliser les ressources additionnelles nécessaires au financement des autres activités non liées aux études.